• -15%
  • Manica Carlisle
  • Manica Carlisle

Manica Carlisle

Variante de manica ou protection du bras du légionnaire romain.

Matériaux
148,76 €
126,45 € Economisez 15%

Quantité
En stock

La manica, ou lorica manica, en acier ou en alliage de cuivre, était un élément de protection déjà décrit par Xénophon, avec lequel son usage militaire semble remonter aux IV-V siècles av. Il semble également qu'il était déjà utilisé par les gladiateurs à l'époque de la République et bien connu des autres peuples auxquels les légions ont dû faire face, comme les Parthes. La manica était une protection qui répondait au même principe que la lorica segmentata. Plaques de fer superposées qui ont un effet de déflecteur de choc. Un seul a été utilisé, dans le bras droit qui a été exposé lors de l'utilisation du gladius.

Tacite parle d'un type de gladiateur qui a utilisé des manicae de fer comme celui-ci, le crupelarius, un gladiateur en armure qui est décrit dans le récit de la révolte de Floro, 21 après JC

La théorie traditionnelle soutenait que l'armée romaine avait incorporé cet élément dans la sphère militaire, après les campagnes daces de Domitien. Cependant, il existe déjà des preuves de diverses représentations du site de Mayence, où les manicae apparaissent comme faisant partie de la panoplie de soldats décédés, datée de la principauté de Caligula.

Bien sûr, l'armée d'invasion de Trajan a fait un usage abondant de manicae pour protéger les armes des légionnaires qui voulaient le permettre. C'était une réponse à l'effet du dacian falx, une terrible arme tranchante à deux mains, coupant les membres exposés. Des preuves graphiques se trouvent à la fois dans la colonne Trajan et à Adamklisi.

Cette réplique se rapproche étroitement des découvertes archéologiques de Carlisle ou Newstead, des environnements purement militaires, convenant à la recréation de légionnaires des 1er et 2ème siècles après JC. Il a une plaque supérieure et une plaque d'extrémité pour la protection des mains. Entre les deux, 22 plaques sont insérées qui suivent un chevauchement vers le haut, dans le style des découvertes de Carlisle et Newstead. Cette configuration semble plus adaptée que l'interprétation initiale faite sur les reliefs de Mayence, offrant un effet de déflexion amélioré contre les points entrants.

Il est attaché au bras avec quatre lanières en cuir et des boucles en laiton. Une plaque comprend également deux anneaux supplémentaires, pour la fixation aux plaques de bras de la lorica segmentata par vinculii. L'intérieur du manica est entièrement doublé de cuir, qui s'étend jusqu'aux bords, ce qui le rend très sûr à utiliser pour le reenactor.

Disponible dans les deux matériaux historiques pour cette pièce: acier et laiton.

Traits:

  • Longueur: env. 50 cm.
  • Largeur: env. 13 cm.
  • Jauge en acier: 1 mm
  • Poids approximatif: 1,1 Kg.
  • Poids de livraison: environ 1,5 kg.

Dans l'image ci-dessous, nous voyons le manica exposé au National Museum of Scotland:

manica

Dimitri Stevanov Crafts
300120003-A
2 Produits

Fiche technique

Composition
Acier
Cuir
Laiton

Références spécifiques

ean13
4250673482511

Vous aimerez aussi

Manica Mayence

La manica (manche en latin) est la protection du bras du légionnaire romain et, parfois, du gladiateur.

Prix 57,85 €

Manica gladiateur

Cette manica (manche en latin) est la protection utilisée par les gladiateurs romains.

Prix 99,17 €
chat Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.
arrow_upward