• Espada lansquenete I
  • Espada lansquenete I

Flamberge germanique 1550-1600

Épée à deux mains avec lame qui présente une ondulation sur les deux tranchants, typique des lansquenets allemands. Siècle XVI.

95,04 €
Quantité
En stock

Les chandeliers étaient d'énormes épées à deux mains pouvant mesurer entre 1,60 et 2 mètres de long, bien que la plus courante soit une mesure intermédiaire. En Espagne, le haras (dans une version plus simplifiée que celle-ci) était le symbole du maître d'armes.

Ces épées à deux mains (bidenhänder) ont été utilisées au XVIe siècle par les lansquenets allemands qui faisaient partie des armées au service de la monarchie espagnole. Les soldats capables de manipuler ces épées étaient d'une grande force et taille, en plus d'être très expérimentés. Ce n'est qu'avec le témoignage d'un vétéran de ce type d'arme certifiant la formation reçue qu'un soldat pouvait commencer à l'utiliser en service actif. Pour cela, ils ont reçu un double salaire (doppelsöldner). La fonction de ces soldats était de briser les bois des piques, en plus de semer la confusion et le désordre par leurs terribles mâchoires, qui terrorisaient les rangs ennemis. Les Allemands utilisent également le terme gassenhauer (traduction littérale: souffleur de voie), car la lame incroyablement longue de l'épée permettrait à son propriétaire de dégager une voie libre, rasant littéralement les lignes ennemies. Un lansquenet expert ne pouvait pratiquement abattre qu'avec la mousqueterie. Bien que son utilisation, à l'origine, était d'ouvrir des trous et de perturber les formations de brochets ennemies, il fut bientôt également utilisé pour disperser des émeutes.

Au XVIIe siècle, la prolifération des armes à feu et la diminution de la proportion de piquiers rendirent ce type d'arme moins nécessaire, se consacrant au fil du temps à des tâches de représentation, de police militaire, de garde et de cérémonie de l'état-major et d'escorte de drapeaux et bannières. Il se pourrait que la version présentée ici, bien qu'utile au combat, ait peut-être aussi servi à la parade importante, puisque le chandelier de combat était autrefois plus simple.

Ces épées ont commencé à être fabriquées avec la lame droite portant le nom de zweihänder. Plus tard, les armuriers allemands ont commencé à fabriquer des lames en carton ondulé, appelées flambard ou flammard en français et flammenschwert en allemand (littéralement «épée de flammes»), car elles réduisent les vibrations des coups et rendent la lame plus résistante. Les différents noms sont tous dérivés de la forme ondulée et semblable à une flamme de la feuille.

Cette épée est destinée à une reconstitution historique et reproduit un lansquenet original conservé au Musée d'État de la Frise orientale à Emden, au nord-ouest de l'Allemagne. L'épée a un ricasso recouvert de cuir. La poignée est en bois. La lame (non tranchante) est forgée en acier à haute teneur en carbone et est complétée par deux crochets d'arrêt très robustes.

Pour des raisons de traitement et d'expédition, l'épée est livrée démontée. Cependant, l'assemblage final est assez facile.

Détails:

  • Matériau de la lame: acier à haute teneur en carbone
  • Longueur totale: env. 147 cm
  • Longueur de lame, incl. ricasso: env. 100 cm
  • Max. largeur de la lame: env. 5 cm
  • Poids approximatif. 3,9 kg


Poids de livraison: 3,15 kg

Lansquenete

Gravure de lansquenet avec son bidenhänder et un katzbalger à sa ceinture.

Deepeeka
102010016
4 Produits

Fiche technique

Composition
Acier
Bois

Vous aimerez aussi

Chaussure à bout carré

Chaussures d'origine française, à la mode chez les soldats des Tercios. Début du 16e siècle.

Prix 78,51 €

Bottines à bout carré

Bottines à bouts de type Cow Mouth à la mode chez les soldats des Tercios. Siècle XVI.

Prix 103,31 €
chat Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.
arrow_upward